MENU
 

L'école Tenshin shoden Katori Shinto Ryu

Partager la page !

Mise en ligne le 01/01/2015 à 17:18

L'école Tenshin sho-den Katori Shinto Ryu est reconnue comme une des plus anciennes écoles d'armes du Japon.
Elle est à l'origine de nombreuses autres traditions martiales et à ce titre, elle a été désignée Patrimoine Culturel Immatériel au Japon en 1960.

Au sein de cette tradition, diverses disciplines sont incluses :

  • iai-jutsu (art de dégainer),
  • kenjutsu (escrime au sabre),
  • bojutsu (art du bâton),
  • naginata-jutsu (art de la hallebarde),
  • jujutsu (art de la "souplesse"),
  • shuriken-jutsu (art de lancer de lames),
  • sojutsu (art de la lance),
  • ninjutsu (art "médiéval" du renseignement),
  • senjutsu (stratégie),
  • chikujo-jutsu (art des fortifications).

De nos jours, la tradition du keppan est maintenue au sein de l'école, ce qui implique un engagement sincère de tout nouveau pratiquant. Ces principes ont permis de conserver depuis 600 ans l'authenticité et la spécificité de ses enseignements, à la fois dans sa forme et son esprit, tels qu'ils ont été initiés par leur fondateur.

Cette particularité a fait sa réputation au Japon et à travers le monde.

Iiasa Ienao

Le Fondateur de l'école

Maître Iizasa Choisai Ienao est né en 1387 au Japon.
Au sein de la famille Chiba, il a acquis une réputation martiale exceptionnelle (qui ne cessera de croître par la suite) et participa à de nombreuses batailles où il ne fut jamais vaincu. Il fut même quelques temps instructeur du Shogun Ashikaga Yoshimasa.

A l'âge de 60 ans, Ienao pris le nom de Choisai et entreprit une retraite spirituelle pendant mille jours et nuits, durant laquelle il se livra à un shugyo (entraînement, purifications et prières à la divinité Futsunushi-no-Okami).
Il reçut une révélation spirituelle et suite à celle-ci créa son école qu'il nomma Tenshin Shoden (transmission divine) Katori Shinto Ryu.

Il mourut en 1488 à l'âge de 102 ans. Il est enterré près du Sanctuaire de Katori.


Ienao disait : "Celui qui arrive à l'emporter sur son adversaire sans combattre est supérieur à celui qui l'abat".

Il enseignait qu'au travers d'un entraînement austère, le pratiquant pouvait atteindre le concept de katsujin-enken (sabre qui préserve la vie, éveille et accomplit l'être humain).


Comme dans le Mikkyo, il souligna que la quintessence de la stratégie martiale japonaise était : "omote et ura, in et yo" ne sont que les deux aspects d'une seule et même vérité fondamentale.

Dans notre société, cette philosophie garde encore toute son actualité.

La pratique

L'enseignement y est dispensé sous forme de Kata (suite de mouvements imposés) entre le professeur et l'élève.
Chaque Kata correspond à une leçon. Le professeur utilise toujours le Bokken (sabre de bois), l'élève apprend à utiliser toutes les armes de l'école.
Le débutant apprend tout d'abord le Maki Uchi, sorte de frappe enroulée sur le bras, qu'il répètera un nombre incalculable de fois tout au long de sa pratique.
Il apprend également les positions fondamentales (Kamae).